Avec sa carte à puce, OneWave veut démocratiser les bonnes pratiques de cybersécurité en entreprise

Carte à puce Veille-cyber.com

Fruit de quatre ans de R&D, la carte conçue par OneWave permet de gérer les accès aux systèmes d’informations en entreprises. La start-up rennaise va y inclure un capteur biométrique.

Depuis sa création en 2016, OneWave se spécialise dans le développement de solutions dédiées à la protection des données d’authentification. Si un temps, la start-up souhaitait se lancer commercialement en BtoC, elle a opéré un pivot début 2020 vers le marché BtoB. Initialement, elle a travaillé sur la conception d’une carte à puce universelle et connectée permettant de regrouper et sécuriser des cartes du quotidien : paiement, transports, fidélité…

UN CAPTEUR BIOMÉTRIQUE PLUTÔT QU’UN CODE PIN
C’est sur cette même base technologique qu’elle a lancé une solution destinée à gérer les identités et les authentifications permettant de sécuriser et protéger, en entreprise, les accès aux systèmes d’informations. Connectée en bluetooth, la carte OneWave intègre un écran, un élément de sécurité chiffrant les données et les communications.

Le système gère les mots de passe aléatoires, les facteurs de double authentification mais aussi les contrôles d’accès aux sites physiques. « Dans la 1ère version de notre solution, lancée début 2021, la sécurisation se fait par un code PIN. Pour améliorer l’expérience utilisateur, la carte sera dotée d’un capteur biométrique. L’industrialisation est prévue à la fin du 1er semestre 2022 », révèle Thomas Lechevallier, président et co-fondateur de OneWave en 2016 avec trois associés.

LE MARCHÉ DES ACTEURS DU NUMÉRIQUE
OneWave a lancé la commercialisation de son offre cyber début 2021. La start-up cible notamment les ETI et grands comptes déjà sensibilisés à aux problématiques de sécurisation des accès aux systèmes d’informations. « Nous visons en particulier le secteur du numérique, avec les ESN, les éditeurs de logiciels, les hébergeurs… mais aussi les experts-comptables », explique le dirigeant qui souhaite démocratiser les bonnes pratiques de cybersécurité en entreprise. Parallèlement, la startup envisage de s’appuyer sur un réseau de prescripteurs et distributeurs.

DEUX LEVÉES DE FONDS SUCCESSIVES
Peu avant l’été 2021, OneWave a bouclé une levée de fonds de 600 000 euros. Y ont notamment contribué des business-angels déjà actionnaires de la startup qui se spécialise dans le développement de solutions pour. « Cette opération fait suite à une autre levée de finalisée, en un mois, à la fin de l’année 2020. Son montant était de 265 000 euros, auxquels se sont ajoutés deux dispositifs de Bpifrance pour porter l’enveloppe à 700 000 euros », explique Hors les fonds mobilisés par Bpifrance, la startup a réuni 2 millions d’euros depuis sa création, auprès de business-angels et de souscripteurs sur la plateforme de financement participatif bretonne Gwenneg.

DES RECRUTEMENTS
Ancrée dans le centre-ville de Rennes, OneWave emploie aujourd’hui 14 salariés. Entrant dans une nouvelle phase de son développement, la start-up a notamment renforcé son équipe commerciale ces derniers mois. A court-terme, OneWave reste focalisée sur le marché BtoB, la startup poursuit, à plus long-terme, son ambition de démocratiser sa carte auprès du grand-public. Elle vient ainsi de finaliser une expérimentation de trois mois avec Keolis, sa carte connectée ayant été utilisée par une centaine de personnes comme support des titres de transports.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*