Cyberattaque géante: Kaseya peine à redémarrer ses serveurs en toute sécurité

cyberattaque veille cyber

La société informatique américaine Kaseya, victime d’une cyberattaque au “rançongiciel” qui pourrait avoir affecté jusqu’à 1.500 entreprises dans le monde, tentait toujours mardi soir de redémarrer ses serveurs pour permettre à ses milliers de clients d’accéder de nouveau à leurs services en ligne.

Kaseya envisageait initialement de remettre en route ses machines lundi, mais a retardé plusieurs fois le moment où elle pensait pouvoir le faire en toute sécurité.

Dans un nouveau communiqué à 23H30 GMT, l’entreprise souligne qu’elle fait de son mieux pour réduire le délai de remise en service.

L’entreprise, qui fournit des services informatiques à quelque 40.000 sociétés dans 20 pays dans le monde, assure que l’assaut dont elle a été victime vendredi a touché moins de 60 clients directs.

En ajoutant les victimes indirectes, à savoir les clients de ses clients, “nous pensons que moins de 1.500 entreprises au total ont été touchées”, a affirmé Kaseya sur son site internet tard lundi soir.

“Il semble que cela ait causé des dégâts minimes aux entreprises américaines”, a indiqué pour sa part le président américain Joe Biden lors d’un point presse mardi. Ses services sont “encore en train de rassembler des informations sur l’ampleur de l’attaque”, a-t-il dit en promettant de nouvelles précisions “dans les jours à venir”.

La chaîne de supermarchés suédoise Coop figure parmi les victimes indirectes de l’attaque, ses caisses ayant été paralysées lorsque son sous-traitant informatique, Visma Esscom, a été touché.