Des chercheurs ont créé des neurones artificiels capables de conserver des « souvenirs électroniques »

Veille-cyber.com

La plupart des systèmes de transistors à effet mémoire (appelés « memristor ») utilisent des électrons comme porteurs de charge, mais il est également possible d’utiliser des porteurs ioniques, de la même manière que les neurones cérébraux. Des chercheurs de l’Université de la Sorbonne ont relevé le défi : ils ont modélisé des canaux nanofluidiques 2D dotés de fonctions de conduction similaires aux neurones du cerveau.

En informatique numérique, des fonctions telles que le traitement et la mémoire nécessitent des composants séparés, qui communiquent entre eux par conduction électronique ; ceci entraîne une importante consommation d’énergie. Dans le cerveau humain, les neurones — soit des unités fonctionnelles équivalentes aux zones de processeur et de mémoire — communiquent et transmettent des signaux par conduction ionique et neurotransmetteurs, à travers des solutions aqueuses.

Inspirés par ce système biologique particulièrement économe en énergie, des chercheurs ont réalisé plusieurs simulations suggérant que les canaux nanofluidiques bidimensionnels peuvent présenter une conduction non linéaire et fonctionner comme des transistors à effet mémoire. Leur théorie vient d’être publiée dans la revue Science.

Des neurones artificiels aussi efficaces que les cellules cérébrales

Les neurones du cerveau sont dotés de canaux ioniques. Ces canaux se ferment et s’ouvrent alternativement en fonction des stimuli, et les flux d’ions résultant de ce processus génèrent un courant électrique ; celui-ci émet des potentiels d’action, soit les signaux permettant aux neurones de communiquer entre eux. Depuis toujours, les spécialistes en intelligence artificielle tentent de recréer ce processus biologique ; si cela est possible, le mécanisme requiert malheureusement beaucoup trop d’énergie. L’objectif est aujourd’hui de concevoir des systèmes électroniques de même efficacité énergétique que le cerveau humain.

Les progrès récents de la nanofluidique — qui étudie le comportement des fluides dans des canaux de moins de 100 nm de diamètre — ont permis de confiner des électrolytes aqueux jusqu’à une seule couche moléculaire. De tels électrolytes monocouches sont prometteurs pour obtenir des fonctionnalités bio-inspirées, grâce au contrôle moléculaire du transport des ions. Cependant, la compréhension de la dynamique des ions dans ces systèmes est encore rare. À l’aide de simulations de dynamique moléculaire, trois chercheurs ont développé une théorie qui prédit des effets fortement non linéaires dans le transport d’ions à travers des fentes quasi bidimensionnelles.

théorie neurone artificiel conduction ionique
Prototype de neurone artificiel reposant sur une conduction ionique. © Paul Robin, ENS Laboratoire de Physique (CNRS/ENS-PSL/Sorbonne Université/Université de Paris)

Dans le cadre de leurs travaux, ils ont considéré un système bien défini : des électrolytes aqueux transportant des informations à travers de minuscules fentes 2D dans des couches de graphite, sous l’effet d’un champ électrique. Ces fentes nanofluidiques jouent ainsi le rôle de canaux ioniques permettant aux neurones de communiquer : l’équipe a en effet démontré que sous un champ électrique les ions s’assemblent en amas allongés, dont la dynamique lente entraîne une conduction hystérétique (les ions conservent une partie des stimuli qu’ils ont reçus). Ce phénomène, connu sous le nom d’effet memristor, peut être exploité pour construire un neurone artificiel.

Source : https://trustmyscience.com/neurones-artificiels-qui-communiquent-par-conduction-ionique

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*