Intelligence artificielle: laisseriez-vous un robot avocat vous défendre ?

Veille-cyber.com

Votre prochain avocat pourrait-il être un robot ? Cela semble tiré par les cheveux, mais les logiciels d’intelligence artificielle (IA) – des programmes informatiques capables de se mettre à jour et de « penser » par eux-mêmes – sont de plus en plus utilisés par la communauté juridique.

Joshua Browder décrit son application DoNotPay comme « le premier robot avocat du monde ».

Elle aide les utilisateurs à rédiger des lettres juridiques. Vous indiquez à son chatbot quel est votre problème, par exemple faire appel d’une amende de stationnement, et il vous suggère ce qu’il pense être le meilleur langage juridique à utiliser.

« Les gens peuvent taper leur version d’un argument en utilisant leurs propres mots, et un logiciel doté d’un modèle d’apprentissage automatique fait correspondre cette version avec une manière juridiquement correcte de le dire », explique-t-il.

Le jeune homme de 24 ans et son entreprise sont basés dans la Silicon Valley en Californie, mais les origines de l’entreprise remontent à Londres en 2015, lorsque M. Browder avait 18 ans.

« En tant qu’adolescent tardif à Hendon, au nord de Londres, j’étais un conducteur horrible », dit-il. « Je recevais beaucoup de contraventions coûteuses. »

Grâce à de nombreuses recherches et à des demandes de liberté d’information, M. Browder dit avoir trouvé les meilleurs moyens de contester les contraventions.

« Si vous savez les bonnes choses à dire, vous pouvez économiser beaucoup de temps et d’argent ».

Plutôt que de copier et coller le même document à chaque fois, il dit que cela semblait « le travail parfait pour un logiciel ».

Il a donc créé la première version de DoNotPay en quelques semaines en 2015, « vraiment juste pour impressionner ma famille ».

Depuis lors, l’application s’est répandue au Royaume-Uni et aux États-Unis, et elle peut désormais aider l’utilisateur à rédiger des lettres traitant de toute une série de problèmes ; réclamations d’assurance, demandes de visas touristiques, lettres de réclamation à une entreprise ou à une autorité locale, récupérer votre argent pour des vacances que vous ne pouvez plus passer ou annuler un abonnement à une salle de sport.

Selon M. Browder, les deux dernières utilisations ont explosé pendant la pandémie.

DoNotPay revendique aujourd’hui 150 000 abonnés payants. Et bien qu’il ait ses détracteurs, certains estimant que ses conseils juridiques ne sont pas assez précis, il a remporté l’an dernier un prix de l’American Bar Association pour avoir amélioré l’accès au droit.

M. Browder revendique un taux de réussite global de 80 %, qui tombe à 65 % pour les contraventions de stationnement, car « certaines personnes sont coupables ».

Source : https://www.bbc.com/afrique/58331919?fbclid=IwAR36Jh95UbtmMjBXprprPbLvNk_bkCBGyLbj3j5KFGoGa48Y3iVeMgE64m0

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*